ATELIER

_TRACES

ARCHITECTURES

BASTION SAINT-ANTOINE _ GENEVE  _ Concours 1er Prix                                                                                                    2017 / en cours

en collaboration avec ESTAR architectes, Santiago de Compostela

Situé a proximité d’un des accès principaux au centre historique de la ville, le bastion Saint-Antoine constitue une des plus importantes places de Genève. Les investigations archéologiques ont permis la découverte de vestiges Gallo-Romain du premier siècle, d’une nécropole provenant des IVème au XVIème siècle, des parties de l’Eglise Saint-Laurent ainsi que des segments des murs de fortifications du XVIème siècle. Le programme du concours demandait la construction d’un bâtiment permettant l’exposition au public de ces vestiges dans des conditions de préservation optimales ainsi que la création d’un espace public reconnaissant les qualités exceptionnelles du site.

La compréhension du bastion Saint-Antoine comme un espace public ouvert, entièrement accessible et conçu comme une large surface sur laquelle sont disposés différents objets, constitue la clé des intentions du projet. L’articulation géométrique de deux groupes de plantations redéfinit l’entrée de la ville historique. De la césure résultant de ces deux géométries surgit une ouverture conduisant au musée émergeant sous la forme de trois lanterneaux manifestant la présence des vestiges dans la vie quotidienne de la ville.

Les lanterneaux sont conjointement des éléments urbains appartenant à l’espace public et des dispositifs permettant l’apport de lumière et l’accès au musée. Ils permettent au public de voir la substance archéologique à travers des ouvertures judicieusement disposées.

L’espace inférieur du musée est conçu comme une extension des excavations archéologiques permettant d’en mesurer l’ensemble de son contenu sous un toit continu perforé des trois lanterneaux. Le positionnement précis de chacun d’entre eux illumine la villa romaine, la nécropole médiévale et les fortifications de la renaissance. En outre, les ouvertures permettent l’apport de lumière naturelle indirecte et homogène garantissant la préservation des vestiges et une connexion visuelle avec le contexte urbain de la ville historique.

>